L’isolation n’est utile qu’en hiver : vrai ou faux?

Faux! Quand il est question d’isolation résidentielle, le but premier est de se prémunir contre les grands froids de l’hiver et d’économiser sur les coûts de chauffage. Pourtant, une isolation efficace veillera tout autant à assurer votre confort durant la saison chaude en empêchant la chaleur de pénétrer à l’intérieur de votre maison. Si l’air est trop chaud à l’intérieur durant l’été, que vos frais de climatisation sont élevés et que vous remarquez l’apparition de moisissures au sous-sol, votre enveloppe thermique ne fait pas bien son travail et mérite d’être améliorée. Une meilleure étanchéification de votre maison aura également un impact positif sur les infiltrations d’air et d’humidité.

Polyuréthane : mythe ou réalité?

L’uréthane est un matériau d’isolation inflammable

La mousse d’uréthane giclé est une combinaison d’ingrédients comprenant des retardataires de flammes. Si vous appliquez une flamme directement sur l’uréthane, le matériau ne s’enflammera pas, car son point d’ignition se situe à 540oC. De plus, le Code du bâtiment exige que toute matière plastique, incluant le pare-vapeur en feuille de polyéthylène – ou polythène –, soit recouverte d’un gypse ou d’une barrière thermique. En fait, ce sont les vapeurs dégagées lorsque le polyuréthane brûle qui sont nocives pour votre santé. Ainsi, en recouvrant toute matière plastique d’une barrière thermique, un délai de 15 minutes permettra aux occupants de quitter leur domicile en flamme sans être incommodés par les vapeurs.

Le polyuréthane peut faire pourrir une structure

Faux! Puisque le polyuréthane assure une adhérence à 100 % sur le substrat, il n’y a aucun jeu d’air entre la structure et l’isolant. L’absence d’air et d’humidité prévient donc le développement de moisissures. De plus, l’uréthane est une matière plastique inerte, elle ne peut contribuer à faire pourrir la structure de votre habitation. Bien entendu, l’infiltration d’eau est la pire ennemie de toute ossature et il faut s’assurer de créer une barrière étanche gardant l’eau à l’extérieur de la maison.


Une partie du travail est effectuée à l’aide du pare-air, qui garde l’air chargé d’humidité à l’extérieur, tandis que le pare-vapeur occupe le même rôle à l’intérieur de la structure. Ce sont davantage les conditions lors de l’application qui doivent être surveillées et conformes aux normes CAN/ULC S705.2. N’oublions pas que le polyuréthane scelle à 100 % une surface et ce qu’elle contient! Si vous faites isoler votre ceinture de rive et que le bois est sec (19 % d’humidité), vous pourrez avoir l’esprit tranquille durant toute la vie du bâtiment.

On m’a offert du polyuréthane avec valeur R-7

Une fausseté à laquelle nous sommes régulièrement confrontés dans le milieu de l’isolation. Il est vrai que l’uréthane giclé de type 2 possède une valeur R-7 lors de l’application. Mais la résistance thermique réelle, qui est déterminée à long terme, est précisément celle qui devrait vous intéresser lors d’un choix de matériau isolant. Quoi qu’il en soit, l’uréthane giclé de type 2 affiche tout de même la performance thermique à long terme la plus élevée avec une valeur R-6 au pouce, tandis que l’uréthane de type 1 – cellules ouvertes – propose une valeur de R-5 au pouce. Notez également que ces valeurs sont reconnues pour demeurer stables avec le temps.

Une maison, ça doit respirer!

Fausse croyance! À une autre époque, on disait qu’un mur étanche retenait l’humidité à l’intérieur de la structure, entraînant ainsi des problèmes de moisissures. Toutefois, les techniques d’isolation d’aujourd’hui ont évolué et il est dorénavant simple d’ériger un mur qui conserve la chaleur dans la maison tout en laissant l’humidité s’évacuer . Ceci est possible grâce à l’installation adéquate de pare-air et de pare-vapeur. Le pare-air vise à empêcher l’air extérieur de pénétrer dans la maison tandis que le pare-vapeur empêche la vapeur d’eau de s’introduire dans les murs. Pour cette raison, le pare-vapeur s’installe toujours du côté chaud de la structure d’un mur et le pare-air, derrière le revêtement extérieur.


Il sera néanmoins nécessaire d’installer un ventilateur récupérateur de chaleur, permettant à la fois l’extraction de l’air vicié vers l’extérieur et l’acheminement d’air frais provenant de l’extérieur.


Le même conseil s’applique pour les maisons centenaires dont les murs seront giclés au polyuréthane. Ces maisons sont encore intactes car à l’époque, l’air, la vapeur d’eau et l’humidité traversaient les murs sans obstacle majeur. Ces maisons, que l’on surnomme affectueusement des maisons « passoires », ont pu être conservées toutes ces années pour ces raisons. Le fait de les rendre plus étanches en leur appliquant du polyuréthane giclé à cellules fermées – 2 livres de densité – jouant le rôle d’isolant, de pare-air ainsi que de pare-vapeur, ne fera pas pourrir les murs. Par contre, l’air vicié dans la résidence ne pourra plus s’échapper à l’extérieur et aucune entrée d’air sain ne pourra se faire. Il faudra alors installer un système de ventilation, système devenu obligatoire dans les habitations neuves, ce qui augmentera le confort des occupants de manière significative.

Problèmes de moisissures et d’humidité

S’il y a un indésirable que vous ne souhaitez jamais accueillir dans votre maison, c’est bien la moisissure. La moisissure se développe principalement durant l’hiver, alors que l’humidité intérieure se condense sur les fenêtres, les cadres de portes, les murs et les recoins mal ventilés. Elle est formée de champignons microscopiques dont les spores peuvent entraîner de sérieux troubles de santé.

Causes de la moisissure sur les murs et les plafonds

Bien que la concentration d’humidité soit normalement plus élevée dans le sous-sol, la salle de bain et la cuisine, la moisissure peut se manifester sur toute matière organique : bois, panneaux de gypse, poussière, tissus, etc. On peut donc la retrouver un peu partout dans la maison, autant sur les tapis, les plafonds, les joints de carrelage et même dans les garde-robes!

Les moisissures sont toujours dues à une humidité excessive causée par :

  • inondation ou dégât d’eau
  • infiltration d’eau par le sol ou dans les murs
  • manque de ventilation s’accompagnant de condensation
  • remontées capillaires (humidité du sol qui remonte dans les murs de fondation)
  • espace entre l’isolant du mur et la fondation (présence d’humidité dans les murs)
  • mise en place de l’isolant alors que le béton était encore humide
  • humidité causée par un ou des ponts thermiques

Comment détecter la présence de moisissures?

Vous avez remarqué une tache dans le coin d’un mur ou sur le pourtour d’une fenêtre et vous n’êtes pas certains d’être en présence de moisissures? Voici ce qui caractérise ces champignons envahissants :

  • odeur de terre ou de moisi
  • taches de couleur verte ou noire, plus ou moins étendues
  • dépôts d’aspect poudreux ou duveteux
  • réseau de filaments blancs derrière un papier peint

Important : n’hésitez pas à déloger la moisissure de surface à l’aide d’eau de javel et d’une brosse, mais assurez-vous de vous protéger des spores nocives en portant un masque anti-poussière, des lunettes de protection ainsi que des gants de caoutchouc. Si les surfaces contaminées atteignent plus d’un mètre carré, faites appel à des professionnels.

Problèmes de santé causés par les moisissures

Si vous êtes aux prises avec un problème majeur de moisissures et que vous hésitez à agir, vous pourriez endommager gravement votre santé ainsi que celle des membres de votre famille. En effet, les millions de spores libérées par les champignons microscopiques sont reconnues pour :

  • irriter la peau, les yeux et les voies respiratoires
  • causer de la toux, de l’écoulement nasal et une congestion des sinus
  • provoquer des réactions allergiques
  • aggraver les symptômes d’asthme
  • engendrer des bronchites chroniques, pneumonies, de l’emphysème et autres maladies pulmonaires graves

Gardez donc l’œil ouvert à toute trace de moisissures. Ventilez de manière appropriée les pièces humides. Faites bon usage de votre déshumidificateur en maintenant le taux d’humidité entre 40 et 50 % et veillez à parfaire l’isolation de votre maison pour vous prémunir contre l’humidité!

Isolez votre maison contre les moisissures

Il est absolument primordial de trouver la source des moisissures et de corriger le problème d’humidité, quel qu’il soit. Dans plusieurs cas, améliorer l’isolation du bâtiment parvient à résoudre les ennuis causés par un mur ou un angle froid.


À l’extérieur :

Empêchez les moisissures de s’installer en protégeant votre maison aussi efficacement que possible contre les infiltrations d’eau et d’air. Pour ce faire, le pare-air extérieur installé et scellé dans les règles de l’art est essentiel.


À l’intérieur :

Évitez que la vapeur d’eau ne se condense à l’intérieur des murs. Nous recommandons :

  • la pose d’un pare-vapeur, parfaitement installé et scellé
  • l’élimination, à l’aide polyuréthane giclé de type 2, des poches d’air entre l’isolant et le substrat – ciment – du mur de fondation, dans le but d’éviter les risques de condensation et de moisissures
  • l’isolation de la solive de rive à l’aide d’uréthane giclé (sa géométrie propice à l’infiltration d’air nécessite un scellement parfait, assuré par l’uréthane giclé)

Isolation du sous-sol : bien se préparer

L’isolation du sous-sol par l’intérieur représente certainement l’option la plus fréquente et la plus abordable. Toutefois, avant de pulvériser le polyuréthane giclé de type 2, une bonne préparation du substrat – la surface qui recevra le polyuréthane – sera nécessaire.

1-Vérifiez la présence de fissures dans les murs de fondation

Si vous vous apprêtez à entreprendre des travaux de rénovation dans votre sous-sol, sachez d’abord que cela constitue le moment idéal pour accéder aux murs de fondations. La première étape implique de retirer complètement le revêtement et l’isolant, puis de vérifier la présence de fissures. Il est recommandé de colmater les fissures et de s’assurer qu’il n’existe aucune infiltration d’eau à l’intérieur de votre résidence. Si après vérification des fissures, il y a infiltration d’eau, il faut alors voir la fiabilité des drains de fondation. Il est possible de pulvériser le polyuréthane par l’extérieur si une excavation autour des fondations est envisagée.

2-Nettoyer le substrat avant la pulvérisation

Lorsque les murs sont dégarnis, il arrive à l’occasion qu’une condensation se produise entre l’isolant rigide et le ciment. Les murs de fondation peuvent alors présenter une fine couche noirâtre. À noter que cette fine couche noirâtre peut être visible sur les murs même s’il n’y avait aucun revêtement. Il peut arriver qu’une certaine efflorescence (quantité trop élevée des sels déposés sur le béton) soit apparente sur le béton.

Dans les deux cas, il sera nécessaire de nettoyer et de faire disparaitre ces impuretés en pulvérisant et en frottant la substance avec un mélange d’eau de javel et d’eau. Prenez soin de vous protéger les mains par le port de gants et les voies respiratoires avec un masque. Vérifiez aussi que le substrat soit propre, sec et exempt de toute poussière, humidité et toile d’araignée avant la pulvérisation du polyuréthane. Un jet d’air ou l’aspiration à l’aide d’une balayeuse pourra vous aider. Ceci permettra une meilleure adhésion du polyuréthane.

3-Déterminez si vous devez refaire les divisions du sous-sol

Si vous ne comptez pas refaire les divisions, il serait impératif d’avoir un espace d’air d’un pouce et plus (voir photo) entre les murs de fondation et les divisions. Cela permettra d’éviter la formation de ponts thermiques, responsables des problèmes de condensation et de moisissures.

Si vous enlevez les divisions, de l’uréthane giclé devra être appliqué directement sur le mur de fondation. Cela vous garantira une isolation continue, sans ponts thermiques, ainsi qu’un pare-vapeur et un pare-air continus. Le seul désavantage de cette pratique est que vous perdrez quelques pieds carrés de superficie au sous-sol, soit environ 15 pieds carrés sur une superficie de 1 000 pieds carrés.

Si vous refaites les murs de division, vous pouvez opter pour une ossature de bois ou de métal. L’ossature de bois réalisée à l’aide de 2 par 3 exigera toutefois la pose temporaire d’une fourrure de bois – forence –, question de solidifier le 2 par 3 lors de l’application d’uréthane. Dans le cas d’une ossature de bois réalisée à l’aide de 2 par 4, la fourrure de bois temporaire n’est pas requise. Vous préférez une ossature de métal? Vous devrez alors installer 2 fourrures de bois temporaires pour éviter que l’uréthane, en se solidifiant, ne déforme les montants métalliques.

Avantages des montants métalliques : ils sont pré-percés, ce qui vous facilitera la tâche pour passer les fils électriques; et en cas de dégâts des eaux, ils n’absorberont pas l’humidité. Le bois quant à lui est propice à absorber l’eau et l’humidité et vous devrez vous assurer de percer chaque montant pour le passage des fils. Il est bien de vérifier également si des tôles, ducks et grilles de chauffage peuvent entraver le travail des applicateurs ou si ces entraves peuvent causer des éclaboussures de polyuréthane. Enlevez tout matériel altérant le travail des applicateurs.

4-Installez l’électricité

Si vous laissez vos divisions intactes, refaites l’électricité au besoin et appliquez ensuite de l’uréthane par-dessus les fils – autorisé par le Code national du bâtiment – à l’exception des fils ne possédant pas de gaine protectrice. Nous vous recommandons d’enlever les attaches fixant les fils en corde afin de nous permettre de gicler à l’arrière de ces derniers sans les abîmer. Toutes les boîtes de jonction doivent être enlevées du mur et attachées aux poutres de plancher.

Entrée électrique : un bloc de styrofoam (isolant rigide) ainsi qu’une planche de contre-plaqué (plywood) doivent être fixés derrière le panneau électrique, selon les normes de construction en vigueur.
Vous pourriez aussi attendre que le polyuréthane ait été giclé et installer votre électricité après les travaux des applicateurs. Toutefois, si vous prévoyez d’avoir besoin de percer le béton pour installer de l’électricité à l’extérieur de votre résidence, nous vous suggérons de le faire avant que les travaux soient réalisés. Ainsi, vous bénéficierez d’une meilleure étanchéité puisque l’isolant demeurera intact.

5-Espacez la plomberie des murs de fondation

Vous comptez refaire une partie de la plomberie du sous-sol ou vos installations actuelles sont trop près de la surface à pulvériser? Si c’est le cas, prenez soin d’espacer les renvois et les tuyaux d’eau chaude et froide des murs de fondation d’au moins 1 pouce. Isolez ensuite à l’aide d’uréthane giclé à l’arrière des tuyaux.


Évents et tuyaux de plomberie : il est primordial de toujours avoir de l’isolant en quantité suffisante entre les murs de fondation et les tuyaux de plomberie afin d’éviter le gel. De plus, pour s’assurer que la chaleur intérieure se rendra jusqu’à la tuyauterie, il faut s’abstenir d’isoler le tuyau par l’intérieur.

Mauvaise isolation de maison : poser votre propre diagnostic

Vous remarquez une odeur d’humidité en descendant dans son sous-sol? Cette odeur de renfermé ou de terre mouillée résulte de la présence excessive d’humidité, qui favorise la propagation de moisissures. Il existe toutefois un moyen sûr et permanent d’enrayer – ou mieux, de prévenir! – les problèmes d’humidité au sous-sol : en isolant et étanchéifiant le dessous de la dalle de béton.

Une isolation adéquate permet de réduire considérablement la consommation d’énergie en diminuant les pertes de chaleur en hiver et les gains de chaleur en été. L’efficacité énergétique permet donc des économies substantielles en chauffage et en électricité, tout en restreignant votre empreinte écologique. À long terme, une isolation performante permet également de vous protéger contre les hausses éventuelles du coût de l’énergie!

Une maison bien isolée sera avant tout étanche à l’eau et à l’air, assurant :

  • une quantité moindre de courants d’air
  • une température intérieure plus homogène, été comme hiver
  • un niveau adéquat d’humidité à l’intérieur
  • un environnement intérieur exempt de moisissures

Votre maison a besoin d’isolation avant l’hiver si :

  • votre coût de chauffage est très élevé par rapport à une maison comparable (celle d’un voisin, par exemple)
  • vous remarquez que le plancher est froid près des murs extérieurs
  • la température intérieure de votre habitation varie en fonction de l’extérieur
  • vous sentez des courants d’air dans les prises électriques
  • vous sentez des infiltrations d’air au pourtour des fenêtres

Vous avez remarqué qu’il y a :

  • présence de glaçons sur le rebord du toit
  • absence de neige sur certains endroits de la toiture
  • neige qui fond près des murs de fondation
  • variation de la température à l’intérieur de la maison
  • décoloration de la peinture sur les murs et les plafonds
  • il est temps de préparer votre maison avant l’hiver

L’importance de la ventilation dans un grenier

Avant d’aborder les symptômes d’une mauvaise isolation, on doit prendre en considération un aspect susceptible d’influencer grandement leur présence : la ventilation. Celle-ci est primordiale pour maintenir un entretoit en bonne santé et prévenir une détérioration prématurée de la couverture, de certains types d’isolants ainsi que de la structure. Cependant, l’efficacité de la ventilation peut induire en erreur quand il s’agit d’évaluer par observation l’étanchéité d’un bâtiment.

En effet, une mauvaise ventilation peut faire apparaître des symptômes souvent attribués à une isolation déficiente alors qu’il n’en est rien. De l’autre côté, une excellente ventilation de l’entretoit peut masquer des lacunes au niveau de l’isolation et de l’étanchéité. Des évents de toiture surdimensionnés peuvent aussi créer des problèmes lorsque l’étanchéité des plafonds est déficiente, en tirant l’air humide de l’intérieur du bâtiment vers l’entretoit de façon disproportionnée. Il faut donc être extrêmement prudent avant de tirer des conclusions trop hâtives.

Quoi qu’il en soit, il est essentiel que l’air de l’entretoit soit à quelques degrés près à la même température que l’air à l’extérieur de la maison. Un système de ventilation efficace permettra à l’entretoit d’être :

  • plus frais en été
  • plus sec en hiver

Ces deux avantages entraînent des économies d’énergie, ajoutent au confort des propriétaires et assurent une plus grande intégrité de l’habitation.

Glaçons sur le rebord de sa toiture

Par quoi sont causés les glaçons sur la toiture?

Bien qu’il soit souvent associé aux rigueurs de l’hiver, le « barrage de glace », aussi appelé « barrière de glace », est généralement un signe de la mauvaise isolation ou de la mauvaise ventilation du grenier.

Il suffit que la neige s’accumule sur votre toit et que la température du grenier grimpe au-dessus du point de congélation – en raison notamment d’un manque d’isolant, de fuites d’air au travers des plafonds et de pertes de chaleur dues à des ponts thermiques – pour que la couche inférieure de neige fonde. La neige ainsi changée en eau ruisselle puis gèle en atteignant la partie basse du toit et la gouttière, formant les guirlandes de glaçons que l’on connaît. L’eau qui s’accumule derrière le barrage de glace peut s’infiltrer dans la maison par les murs et les plafonds.

Quels sont les dommages engendrés par le barrage de glace?

Le problème avec ces jolis glaçons est qu’ils s’accompagnent souvent d’infiltrations d’eau qui endommagent les murs et la structure du toit. En effet, le barrage de glace a pour conséquence de retenir l’eau qui, ainsi emprisonnée, parvient à s’introduire dans les murs extérieurs et dans l’entretoit. À partir de ce moment, tout y passe : revêtements des murs, isolant thermique, maçonnerie. Les dégâts peuvent être considérables!

Comment prévenir de tels dommages?

1 - Déneigez régulièrement la toiture. La neige constitue un bon isolant thermique. Une accumulation de neige sur le toit signifie donc une couche d’isolation supplémentaire sur votre grenier où l’air se réchauffe, avec pour effet de faire fondre la neige qui se trouve juste au-dessus. Un déneigement régulier vous évitera donc la formation de glaçons sur le toit! N’hésitez pas à faire appel à des professionnels du déneigement de toiture afin que le tout s’effectue de manière sécuritaire.

2 - Améliorez l’isolation : le pare-vapeur doit être conforme et continu. De plus, l’isolation de votre entretoit doit être présente en quantité suffisante afin d’empêcher la chaleur de la maison d’y migrer, occasionnant un réchauffement de l’air et la fonte de la couche inférieure de neige.

3 - Scellez les fuites d’air. Toutes les ouvertures susceptibles de laisser passer l’air chaud de la maison vers le grenier doivent être étanchéifiées : trappes d’accès, conduits de plomberie ou de ventilation, luminaires encastrés, cheminées, etc.

4 - Ventilez adéquatement l’entretoit. L’air chaud et l’humidité ayant réussi à migrer vers l’entretoit doivent à tout prix être expulsés. Pour effectuer le travail, des soffites perforés sous l’avant-toit de même que des aérateurs statiques localisés près du faîtage doivent être considérés.

L'uréthane giclé de type 2 : trois produits en un

L'uréthane réunit en un seul produit et une seule application 3 éléments essentiels à la construction de bâtiments durables, sains et efficaces :

  • un isolant haute performance
  • un pare-air
  • un pare-vapeur

Pour ce faire, il faut installer un minimum de 1 ¼ " d’épaisseur de polyuréthane. Autrement dit, il permet de réduire votre consommation d'énergie, en hiver comme en été!

L’idéal pour le sous-sol

L'uréthane giclé de type 2 est l’isolant idéal pour le sous-sol. En effet, les isolants rigides en panneaux, notamment en polystyrène, présentent deux problèmes majeurs. Il est très difficile de :

- sceller hermétiquement les joints entre les panneaux

- faire adhérer les panneaux parfaitement au béton

Or tout espace d’air entre l’isolant et le béton ouvre la porte à l'humidité et à la condensation, ce qui peut conduire à la formation de moisissures. L'uréthane solutionne tous ces problèmes. Comme il adhère parfaitement au béton sans le moindre joint, il ne laisse passer ni l'air ni l’humidité. Voyez le rapport de la SCHL qui confirme le tout.

La barrière thermique obligatoire

Selon le Code national du bâtiment, un isolant en mousse de polyuréthane ne peut être laissé à l’air libre – responsable de la propagation des flammes – pour prévenir les émanations de gaz toxiques en cas d’incendie. Si un mur ou un plafond de construction combustible contient une mousse à base de matière plastique comme la mousse de polyuréthane giclée, celle-ci doit être protégée avec une barrière thermique comme un revêtement intérieur de finition – du gypse, un contreplaqué, du fibrociment ou un produit pare-feu à gicler, approuvé à cet effet.

Il est donc de votre responsabilité de vérifier que les travaux de finition de votre demeure incluent le recouvrement de la mousse de polyuréthane giclée après son application.


Pour une soumission ou tout renseignement sur le polyuréthane de type 2 et sur nos autres solutions telles que les enduits cimentaires ou les membranes d’étanchéité, contactez nos conseillers.

Protégez-vous du radon

Isolation M.J. vous propose ses solutions isolantes pour réduire votre exposition.

Demandez un test de dépistage

Isolation M.J.
523, Rang Saint-Gérard Ouest
Saint-Alexandre-de-Kamouraska

 QC, G0L 2G0

  Téléphone : 418-495-2225

     Téléphone : 1-833-885-2220

 Télécopieur : 418-495-9972

 Courriel : info@isolationmj.ca

Heures d'ouverture

Du lundi au jeudi, de 7 h 30 à 17 h
Le vendredi, de 7 h 30 à 16 h

 Partagez

Envoyer à un ami

Envoyer l'URL de cette page à un(e) de vos ami(e)s

Tous droits réservés Isolation M.J. 2019 - Mention légale
Création de

Mention legale